Seules les actions américaines surnagent encore tandis que les nuages s’amoncèlent sur les marchés financiers. Préparez-vous à affronter la crise ultime, la crise des monnaies. (Simone Wapler pour La Chronique Agora)

Ça se complique sur les marchés financiers : la Chine qui ralentit et les Chinois qui, en réponse,  gonflent encore plus leur bulle de crédit ; l’Arabie Saoudite qui menace de dégainer l’arme pétrolière ; l’Europe qui tousse à propos du budget de l’Italie ; la croissance française qui s’étouffe…

Les marchés actions européens et émergents accusent les coup. Pour le moment, les marchés actions américains encaissent bien.

Comme vous pouvez le constater sur ce graphique, les actions chinoises et européennes divergent des actions américaines depuis plusieurs mois déjà. L’Europe (en rouge) a d’abord décroché, puis la Chine (en jaune).

graphe - actions chinoises - S&P500 - europe

 

Au total, depuis le début 2018, les actions chinoises ont perdu plus de 20% et les actions européennes plus de 10%.

Comment se fait-il que les actions américaines affichent une telle surperformance alors que les taux d’intérêt montent aux Etats-Unis ?

Vous connaissez la solution de l’énigme si vous nous suivez depuis un moment, cher lecteur. Non, ce n’est pas la magie Trump ni la suprématie de quelques géants. C’est la pratique des rachats d’actions.

Au deuxième trimestre 2018, ces rachats d’actions par les entreprises ont atteint un record inégalé. Un peu comme fin 2007, si vous voyez ce que je veux dire…

graphe - rachats - actions - Etats-Unis

Ce grand écart va-t-il pouvoir durer ? Si le crédit est plus cher, les rachats d’actions vont coûter plus cher. Les zombies, qui dépendent du crédit bon marché, vont avoir plus de mal à se maintenir en vie.

Certains craquent déjà, comme la chaîne de magasin Sears.

…Lire la suite de l’article de Simone Wapler sur le site de La Chronique Agora.