bitcoin Une monnaie honnête est-elle encore possible ?

Le bitcoin a été la révélation de 2017. Il défie les monnaies officielles qui ne reposent que sur la confiance dans la dette. 2018 verra-t-il le retour à une monnaie honnête ? (Simone Wapler pour La Chronique Agora)

Pour Bill Bonner, les trois surprises de 2017 auront été les taux négatifs, l’élection de Trump et le succès du bitcoin.

En ce qui concerne les taux négatifs, ce phénomène bizarre a réellement débuté en 2014 mais peu de monde y prêtait vraiment attention. Trois ans plus tard, la persistance de l’anomalie est troublante – d’autant plus que plus de 9 000 Mds$ de titres sont dans ce cas.

Les marchés en territoire inconnu

Source Financial Time

La monnaie officielle d’aujourd’hui, celle qui est contrôlée par les banques centrales, est essentiellement de la dette et ne repose sur aucune richesse réelle.

Lorsque le prêteur paye pour prêter et que la dette ne coûte rien à l’emprunteur, on peut douter de l’honnêteté de cette monnaie.

En réalité, il y a embrouille, comme nous l’écrivons presque tous les jours.

Un gigantesque transfert de richesse s’organise par ce biais. Gouvernement et système financier s’approprient les profits du secteur privé sans avoir à recourir à la force et à l’impôt. C’est un élégant braquage fait par des cols blancs, une variante du vol par l’inflation. Dans ce dernier cas aussi, les rendements réels (taux de rémunération diminué du taux d’inflation) sont négatifs et le prêteur est dépouillé par l’emprunteur.

Si la monnaie officielle n’inspire plus confiance, il ne faut pas s’étonner du succès du bitcoin, monnaie privée parallèle.

Sur mon bureau est arrivé ce matin l’ouvrage de Pascal Ordonneau, Monnaies cryptées et blockchain – La confiance est-elle un algorithme ?. J’apprécie cet auteur, ancien banquier, à la solide culture monétaire et financière.

Ordonneau

La confiance est-elle un algorithme ?

…Lire la suite de l’article de Simone Wapler sur le site de La Chronique Agora.