Curieusement, les gains de productivité chutent depuis les années 1970. N’y aurait-il pas un lien avec le remplacement du capitalisme par le créditisme ? (Simone Wapler pour La Chronique Agora)

Wall Street était fermé hier pour cause d’Independance Day. Les marchés s’essoufflent mais pas de suffocation ou d’infarctus en vue. Ce qui permet de nous intéresser à des choses intrigantes.

Malgré tout ce que nous pensons, depuis le milieu du XXème siècle, les gains de productivité déclinent. L’électronique, la robotisation et l’automatisation, internet : tout cela ne nous aide pas à produire mieux et plus.

C’est embêtant pour le capitalisme qui consiste justement à s’organiser pour produire plus avec moins.

Voici un graphique qui concerne le Royaume-Uni qui fut le pionnier de l’industrialisation.

La productivité du Royaume-Uni a chuté de 0,2% par an en moyenne depuis la crise financière

Le Royaume-Uni, en plus d’avoir adopté l’industrialisation plus tôt que les autres pays dès le XIXème siècle, fut aussi souvent à la pointe de l’industrie financière.

Pourquoi donc cette malédiction ?

Bill Bonner s’était déjà penché sur la question en 2013 :

Où est passée toute la prospérité qu’internet est censé avoir créée ?

« A la fin des années 1990, nous avons rencontré des gens convaincus qu’internet changeait tout. Avec tant d’information à portée de main, ils pensaient voir l’avènement d’un monde meilleur. Nous aurions tous accès à l’information nécessaire pour augmenter la productivité et la richesse. Plus personne ne serait pauvre. Il suffirait d’aller chercher sur internet comment devenir riche.

A l’époque, nous nous méfiions de telles affirmations. L’information est bon marché, soulignions-nous. C’est la sagesse qui est chère, et on n’en trouve guère sur le web. Il faut la payer… en expérience amère. »

Cher lecteur, depuis le temps que vous nous lisez, vous connaissez nos deux bêtes noires : un système d’argent falsifié et des gouvernements noyautés par la Parasitocratie multipliant les accords gagnants pour eux et perdants pour la majorité.

Pour bien fonctionner, une économie a besoin de prix honnêtes, établis par la rencontre d’acheteurs et de vendeurs qui négocient librement, sans contrainte, sans interférence.

Des prix malhonnêtes et des échanges contraints entravent le capitalisme

Nous avons basculé depuis les années 1970 dans des économies où le prix le plus important, celui du capital, a disparu. Des banquiers centraux fixent le prix du crédit bidon émis à partir de rien par les banques commerciales. Le capitalisme reposait sur de l’épargne déjà constituée ; le système actuel fonctionne en espérant capter la richesse future. Le processus de formation de prix honnête a été détruit.

Reste la liberté de négociation et de concurrence. Là, le clientélisme politique invente toutes sortes de contraintes sous forme de taxations et subventions pour forcer nos échanges afin de satisfaire un lobby ou un autre.

Vous devez avoir une voiture électrique.

Vous ne devez pas avoir un chauffage électrique.

Vous devez avoir un ascenseur « aux normes ».

…Lire la suite de l’article de Simone Wapler sur le site de La Chronique Agora.