Le resserrement monétaire de la Fed commence à produire ses effets. Les taux montent et les taux de défaillance commencent à embrayer. (Simone Wapler pour La Chronique Agora)

Les taux montent…

C’est lorsque les taux montent que les déficits et les dettes – qui n’avaient pas d’importance jusque là – deviennent douloureux.

Le gouvernement américain emprunte désormais à 10 ans à 3,08%.

Les rendements du bon du Trésor US à trois mois s’approchent de 2%, comme en 2008.

Les rendements du bon du Trésor à trois mois s'approchent de 2%, comme en 2008.

Qui se souvient encore de la dernière remontée des taux ? La Fed a pratiqué le resserrement monétaire de 2004 à 2006 – et à un peu plus de 5% sur ses taux directeurs, les défauts de paiement se sont multipliés et la pyramide de dettes s’est finalement effondrée, comme le rappelle Bill Bonner.

Les contribuables, esclaves de la dette publique

Un peu d’arithmétique élémentaire : si un pays est endetté à hauteur de 100% de son PIB et que la croissance de son économie est inférieure au taux d’intérêt moyen de sa dette, il va être difficile à ce pays de prétendre qu’il peut honorer sa dette. Les esclaves de la dette publique – les contribuables – seront appelés à la rescousse.

Aujourd’hui, aux Etats-Unis, la croissance est de 2,9%, le taux d’intérêt du bon du Trésor à 10 ans dépasse 3% et le ratio dette sur PIB est de 105,40%.

En Europe, la planche à billets le BCE actionnée par Mario Draghi suffit encore à maintenir les taux d’intérêt largement en dessous du seuil fatidique de 2,5% (le taux de croissance de la Zone euro) mais la croissance baisse et la chute de l’euro n’encourage pas les prêteurs étrangers.

Enfin, les pays émergents, qui ont emprunté en dollar, peuvent bientôt se retrouver en difficulté en raison de la hausse du dollar. Des fonds de pension se sont chargés de dette des pays émergents pour aller chercher des rendements, et des retraités risquent de voir leur rente chuter. Une crise de la dette émergente pourrait se profiler.

Les esclaves de la dette privée bientôt à genoux ?

Les esclaves de la dette privée sont les consommateurs à crédit et les acheteurs d’immobilier à crédit. Le taux de défaillance sur cartes de crédit commence à monter aux Etats-Unis.

Rappelons que dans le monde, la plupart de ces crédits sont contractés à taux variable.

…Lire la suite de l’article de Simone Wapler sur le site de La Chronique Agora.