déflation
Récemment, les prix des actions et des obligations chutent à l’unisson, prenant en défaut la théorie du risk on/risk off. Cette arythmie annoncerait déflation et inflation. (Simone Wapler pour La Chronique Agora)

Lundi 5 février, c’était un krach commencé le vendredi 2 février selon les médias.

Mardi 6 février et mercredi 7 février, ce n’était plus qu’une consolidation ou une correction.

Jeudi 8 février, retour au monde sombre.

La volatilité a fait s’affoler les marchés

Un peu de « volatilité » et tout s’affole.

La clé d’analyse ne se trouve pas dans les marchés actions, selon nous. Elle se trouve dans le marché obligataire, dans le crédit.

La première bulle est la bulle des obligations souveraines gonflée à coups de taux d’intérêt bidonnés.

La deuxième bulle est celle des actions, gonflée à coups de crédit facile adossé au néant.

C’est ce que le jargon financier appelle les « liquidités ».

Avec ces « liquidités », nous avons connu une période étrange durant laquelle les obligations et les actions montaient à l’unisson, au même rythme.

Une marée de liquidités

La marée de liquidités des banquiers centraux a réussi à faire monter à la fois les actions et les obligations. C’est une récente nouveauté (comme les taux négatifs). Auparavant, l’argent qui fuyait d’un compartiment allait dans l’autre.

Le risque maximum est celui des actions. Si les gens voulaient la sécurité, ils allaient se réfugier sur le marché obligataire (risk off). S’ils trouvaient, au contraire, que les conditions étaient favorables au risque, ils vendaient des obligations (dont les taux montaient) pour acheter des actions (risk on).

Ces derniers jours, les actions plongent en même temps que les obligations.

Actions et obligations désormais dans le même bateau

Désormais, actions et obligations réagissent dans le même sens, à la hausse comme à la baisse.

Les banquiers centraux seraient-ils incapables de retirer des liquidités sans provoquer un krach ? Oui, nous le pensons, concernant les actions. La taille de l’économie réelle est incapable de soutenir la dette qu’on lui fait supporter.

Neige

…Lire la suite de l’article de Simone Wapler sur le site de La Chronique Agora.