La sortie des « politiques monétaires non conventionnelles » ne coule pas de source. Pour contrer une future panique, les mesures contre le cash se multiplient. Tout sur la Société sans cash ici

 

Mon radio-réveil s’allume ce matin. Les petits électrons dans les fils de cuivre ont bien fait leur boulot. Je repousse mon drap en coton d’Égypte tissé en France (on a ses faiblesses).

Mario Draghi doit indiquer aujourd’hui la « politique monétaire » que suivra la BCE.
Pauvre Mario….

Dans la cuisine, mon regard flotte sur le café encapsulé par un géant de l’agroalimentaire helvète. Mais, comme toujours, je préfère le thé de Chine, en vrac, infusé dans une grosse théière.

A la radio, Jean-Claude Trichet, qui a occupé le poste de Mario Draghi, donne gravement son avis sur ce devrait faire Mario et les difficultés de ses prises de décisions. Inflation, croissance potentielle, compétitivité relative, eurodollar, taux directeur, déficit, balance commerciale, blablabla…

Mon pain saute du grille-pain.

L’eau chaude coule de ma douche, comme tous les jours. Choix des vêtements, vite fait compte_tenu de la météo. Choix de mon « livre de métro », plus compliqué. Écriture découpée et poids sont deux critères importants.

Remonter les derniers mails sur mon téléphone avant de pendre le métro…

Tout ce que j’ai consommé, tout ce dont je me suis servi ce matin représente des circuits de production et de décision infiniment complexes. Ces circuits me permettent d’avoir bien plus que ce que mes seules capacités pourraient m’offrir.

Par Simone Wapler

Lire l’article intégral sur le Site de La Chronique Agora