Selon le critère de Warren Buffett, les actions sont trop chères. Mais personne ne s’en soucie… pour le moment car le crédit est encore très bon marché. (Simone Wapler pour La Chronique Agora)

En 2001, Warren Buffett avait confié au magazine Fortune que la meilleure et unique façon d’estimer les valorisations des actions à un moment donné était de comparer la capitalisation des entreprises à la taille de l’économie. Si la capitalisation est supérieure au PIB, les actions sont chères et inversement.

L’indice Wilshire 5 000 rassemble les 3 500 plus grandes entreprises cotées américaines. C’est donc un indice très large, sept fois plus large que le S&P 500. Mes collègues analystes de Bonner & Partners ont tracé ce graphique historique qui rapporte cet indice au PIB américain depuis 1970, date à laquelle le dollar a été décroché de l’or et la Fed a piloté le crédit facile et sans contrepartie. Voici ce que cela donne.

Capitalisation du Wilshire 5000 par rapport au PIB cours graph

Vous noterez aussi que le système de crédit toujours plus facile (du fait de la baisse continue des taux directeurs depuis 1980) n’a pas cessé de gonfler ce ratio. Malgré les accidents de 2000 et 2008, la pente générale est ascendante.

Le crédit facile et les aides prodiguées par des gouvernement endettés favorisent les entreprises zombies par rapport à celles qui sont réellement dynamiques, comme l’explique mon collègue Nick Hubble, ce qui ralentit la croissance économique.

Le prix des actions, de presque toutes les actions, n’a jamais été aussi élevé depuis 48 ans.

Comparer les marchés actions aux taux d’intérêt et aux rendements obligataires, comme le fait la Fed – qui estime que les actions sont normalement valorisées au regard du rendement du bon du Trésor à 10 ans – n’a aucun sens.

Comme dirait un vieux prof’ d’algèbre, c’est comparer des choux et des carottes. La Fed manipule le prix des carottes à la hausse. Les amateurs de cinq légumes par jour se rabattent alors sur les choux dont les prix montent à leur tour. Mais le prix des choux n’en est pas pour autant « normal ». Il est simplement lui aussi indirectement manipulé à la hausse.

Depuis que les obligations ont commencé à baisser, faisant augmenter le rendement du bon du Trésor à 10 ans, l’indice S&P 500 semble hésiter.

…Lire la suite de l’article de Simone Wapler sur le site de La Chronique Agora.