Et si les investissements paisibles avaient définitivement été éradiqués de la planète au profit des investissements pour aventuriers ou téméraires ? (Simone Wapler pour La Chronique Agora)

São Tome, son cacao, ses palmeraies… Une île posée sur l’équateur, dans le golfe de Guinée, à plus de 200 km des côtes. L’île est l’un des rares pays d’Afrique à ne pas demander de visas. Sorti en 1990 de 15 ans de communisme (avec cependant quelques rechutes sporadiques et coups d’Etat), São Tome s’ouvre maintenant au tourisme.

Le visa est aux bipèdes ce que les droits de douanes sont aux marchandises. Pas de visas et des formalités réduites aident au tourisme, de même que l’absence de barrières douanières favorise le commerce.

Dans la pratique, le tourisme est encore très embryonnaire, le bétonnage inexistant, le cacao, l’huile de palme et le café semblent être les principales activités.

Visiblement, les bovins ne s'intéressent pas aux cacaotiers

Visiblement, les bovins ne s’intéressent pas aux cacaoyers

Découverte en 1470 par les Portugais, l’île était inhabitée, comme Madère. Les Portugais y importèrent des esclaves africains pour cultiver la canne à sucre. Trois siècles et demi plus tard, des gisements de pétrole auraient été découverts en 2011, mais depuis, pas un baril n’est sorti. Baleines et tortues ne sont pas dérangées.

Un obstacle sur la route de la croissance éternelle ?

El Pico, une des montagnes caractéristiques de São Tome

El Pico, une des montagnes caractéristiques de São Tome

Ha, mais c’est vrai, j’oubliais, les marchés financiers.

São Tome est réservée aux investisseurs très aventuriers… Sur les marchés financiers, se retrouvent les investisseurs plus conventionnels. Mais là aussi, il se pourrait que ces investisseurs discernent un obstacle.

Chute du S&P500 : il serait temps, n'est-ce pas ?

Qu’est-ce qui trouble ces investisseurs ?

Les Echos du jour identifie cinq facteurs qui feraient peur :

  1. La guerre commerciale (les taxes douanières)
  2. Son effet sur les consommateurs américains
  3. La reprise qui s’essouffle en Europe

…Lire la suite de l’article de Simone Wapler sur le site de La Chronique Agora.