Officiellement, le grand marché haussier des actions entamé en 2009 a pris fin. Lentement mais sûrement, l’argent sorti du néant va retourner au néant. (Simone Wapler pour La Chronique Agora)

Les indices européens et asiatiques avaient déjà décroché. Il restait les indices américains. Cette fois, c’est désormais acquis pour la plupart des analystes techniques, le S&P 500 a lui aussi cassé sa tendance haussière débutée en 2009.

Pour le moment, les dégâts sont assez limités. Le S&P 500 n’a chuté que de 9,3% depuis son sommet et le Nasdaq de 12%.

Certes, les marchés ont déjà connu de telles alertes en 2011 (-20%) et en 2016 (-15%). Pour enrayer les chutes, il a fallu en 2011 que la Fed revoit sa politique monétaire et en 2016 que Trump annonce un énorme allègement d’impôts. Aucune bouée de sauvetage de la sorte ne semble cette fois à portée de main.

Conservons à l’esprit que les actions chutent alors même que la Banque centrale européenne, la Banque du Japon et la Banque d’Angleterre injectent encore l’équivalent de 200 milliards de dollars par mois d’argent factice.

Sont spécialement massacrées les actions américaines des promoteurs immobiliers (-34%), du secteur de l’infrastructure (-30%) et des grandes banques (-15%), ce qui est plutôt un mauvais présage.

Les FAANG sont pour le moment relativement épargnées malgré leurs folles valorisations. Quant à Tesla ou Netflix, elles semblent encore en lévitation, Netflix affichant un ratio cours sur bénéfice de 103.

Bref, ce marché baissier en a encore « sous le pied ».

Pour remettre tout cela en perspective, voici à quoi a ressemblé pour le S&P 500 la descente aux enfers du krach des valeurs internet.

Graphique SP500 krach bulle Internet
Plus de deux années de baisse et -40%…

Et voici ce qu’a donné le krach des crédits subprime :

Graphique SP500 krach crédit subprimes
Un peu moins de deux ans de baisse, mais une chute encore plus violente, -50%.

…Lire la suite de l’article de Simone Wapler sur le site de La Chronique Agora.