On a un peu oublié la crise de la dette italienne, mais les chambres de compensation s’inquiètent et prennent leurs précautions. (Article de Simone Wapler)

Hier, dans Les Echos, il y avait un petit article dans les pages « marchés » que peu de monde a dû lire avec avidité. Son titre : « LCH relève ses marges sur la dette italienne ».

« C’est une conséquence directe de la crise qui a secoué la dette italienne fin mai. La chambre de compensation Repoclear de LCH, spécialisée dans les opérations de pension livrée (ou repo), a décidé d’augmenter à compter de ce jeudi, les marges initiales demandées aux banques qui souhaitent utiliser leurs obligations d’Etat italiennes pour lever des financements. La chambre de compensation italienne CC & G, filiale, comme LCH, du London Stock Exchange, a fait de même. »

Les opérations de « repo » permettent à un établissement financier de lever de l’argent frais contre des titres de dette qu’il détient déjà. Il vend pour une durée fixée à l’avance ses titres, et s’engage à les racheter à l’échéance convenue.

Bien entendu, il les vend moins cher et les rachète un peu plus cher, de façon à ce que celui qui les a « pris en pension », comme disent les financiers, y trouve son intérêt.

Les chambres de compensation enregistrent ces mouvements et font office d’intermédiaires. Elles ont besoin de prendre des garanties au cas où une des contreparties faillirait à ses obligations. Ces garanties sont les marges que mentionne l’article.

Dit clairement, ceux qui veulent momentanément échanger de la dette italienne contre du cash doivent payer plus cher qu’avant et consigner en gage une somme plus importante. Ce sont les banques italiennes qui ont le plus de dette italienne à leur bilan (en dehors de la BCE, bien sûr).

Ce qui n’échappera pas à votre sagacité légendaire, cher lecteur, c’est que cette petite cuisine arrive après la crise italienne, qui est presqu’oubliée.

Voici l’évolution du rendement du 10 ans italien depuis un an :

Voici l'évolution du rendement du 10 ans Italien depuis un an

Juste après les élections italiennes en mai dernier, les taux longs italiens ont dépassé 3% pour ensuite redescendre autour de 2,5%. Sur le marché obligataire, les rendements évoluent comme l’inverse des prix ; ceci signifie donc que les obligations italiennes – qui avaient lourdement chuté – sont en train de remonter.

Alors, les chambres de compensation enfileraient-elles des gilets de sauvetage après la tempête ? Non, il est plus probable qu’elles estiment que la crise italienne n’est pas terminée. La tempête de mai ne serait qu’un avertissement.

Les déséquilibres ne cessent de s’intensifier au sein de la Zone euro. L’indicateur de la situation est – comme le pointait Alan Greenspan – le système Target, qui comptabilise qui doit à qui au sein de l’union monétaire.

L’Italie et l’Espagne sont les plus gros débiteurs, de 400 milliards d’euros et 450 milliards d’euros respectivement, et l’Allemagne est le plus gros créditeur, de presque 900 milliards d’euros.

target2

La politique monétaire laxiste de la BCE menée depuis la crise économique n’a fait qu’amplifier les écarts au lieu de les resserrer.

Lire l’article de Simone Wapler en intégralité.