La richesse créée par les marchés actions atteint des niveaux record en janvier 2018 mais Citigroup prévoit une chute de 50% à mi 2019. (Simone Wapler pour La Chronique Agora)

Selon Citigroup, d’ici à la mi-2019, les actions seront confrontées à une chute de 50% du fait de la réduction des bilans des banques centrales.

Selon Bloomberg, 2 000 Mds$ de richesse ont été créés par les actions américaines sur ce premier mois de l’année. Un nouveau record.

La richesse totale créée par les actions américaines devrait surpasser tous les records mensuels

Il se pourrait bien que cette « richesse » et celle des mois précédents échappe à ses détenteurs.

Pour le moment, ces milliers de milliards de dollars existent parce que personne ne veut vendre des actions. Mais dès que certains « voudront leur argent », cette richesse risque bien de leur glisser entre les doigts comme une savonnette glisse des mains de celui qui veut s’en emparer sous la douche.

La mécanique évoquée par Citigroup pour prédire ce krach est classique : la hausse des taux d’intérêt qu’enregistre déjà le marché des obligations de la Fed va se propager au reste du marché obligataire, puis aux actions.

Depuis 2009, la « richesse » créée par les marchés actions n’est pas adossée à la progression des résultats des entreprises mais aux rachats de titres obligataires par les banques centrales qui, en forçant les taux d’intérêt à la baisse, ont poussé les prix des actifs financiers à la hausse.

Puisque les banques centrales se livrent désormais à la manœuvre inverse, les prix des actifs financiers devraient baisser. A commencer par les obligations d’entreprises bien notées qui réagissent de façon très corrélée aux rachats des banques centrales.

Achats des banques centrales et rendement des obligations d'entreprises

Source Citigroup research

 

…Lire la suite de l’article de Simone Wapler sur le site de La Chronique Agora.