Grand chef d’entreprises, Xavier Fontanet dénonce la « moyennite », un mode de gestion dangereux pour les entreprises et qui s’applique aussi à l’interventionnisme. (Simone Wapler pour La Chronique Agora)

Les taux d’intérêt montent toujours.

Aux Etats-Unis, le 10 ans reste au-dessus de 3%.

En Europe, le taux à 10 ans de l’Italie est passé de 1,75% à 2,10% en deux semaines alors même que le gouvernement sollicite un effacement de 250 milliards d’euros de sa dette.

Si vous prenez un peu de recul, cher lecteur, vous devriez être émerveillé : un pays qui souhaite faire défaut emprunte à 10 ans pour moins cher que les Etats-Unis.

Mario Draghi est vraiment un magicien pour arriver à éloigner les bond vigilantes, les anges-gardiens du marché obligataire, de la charogne italienne.

vautours

La hausse du dollar conduit aussi à une hausse des taux dans les pays dits émergents.

Sommes-nous à la fin du cycle d’expansion du crédit infini et quasi-gratuit ? Ou bien allons-nous voir les taux se calmer et le retour vers les obligations réputées sûres ?

Vous connaissez la réponse, cher lecteur : trop tôt pour le dire, nous verrons bien… Tout dépend de la réaction de milliards de gens. Ceux qui vont acheter des obligations américaines car les Etats-Unis ne peuvent pas faire faillite. Dans ce cas, le dollar montera (de combien et par rapport à quoi) mais les taux baisseront (de combien et cela sera-t-il suffisant pour soulager l’Argentine, la Turquie, le Brésil). Et puis il y a aussi le pétrole à 80 $ le baril…

Il y a trop de paramètres en jeu pour un pauvre petit cerveau encombré de neurones déjà très usés. Seul un grand planificateur omniscient peut prétendre avoir les réponses. Ses réponses seront vite démenties par le marché, reflet des milliards de décisions individuelles.

Et nos sous dans tout ça ?

Finalement, l’important c’est quoi faire de notre vrai argent (par opposition au faux argent, le crédit créé par le gentil Mario Draghi et mis à disposition de ses amis pour qu’ils ne fassent pas faillite).

La sacro-sainte règle de diversification repose sur le principe que tout ne s’écroule pas partout en même temps. Elle doit vous conduire à avoir du foncier, de l’immobilier, des obligations et des actions de façon à avoir un patrimoine robuste. Et dans chaque classe d’actifs à choisir ce qui est le plus robuste (ou mieux encore « antifragile », selon le concept développé par Nassim Nicholas Taleb).

Dans Le Figaro du mardi 15 mai, Xavier Fontanet signait une tribune qui donnait une très bonne piste d’investissement pour choisir vos actions.

Précisons que Xavier Fontanet a dirigé pendant 20 ans Essilor et en a fait le numéro 1 mondial de l’optique. Auparavant, il avait aussi conduit Bénéteau au rang de numéro 1 mondial des chantiers navals de plaisance. Donc quand Xavier Fontanet parle de stratégie d’entreprise, il est crédible.

Sa tribune s’intitule La « moyennite », faute stratégique d’Air France.

« Une entreprise leader qui couvre un grand nombre de créneaux a tendance à mal allouer ses coûts ; des petits malins détectent alors les segments de clientèle moins chers à satisfaire. »

Quand les entreprises ne font pas assez attention à leurs coûts…

…Lire la suite de l’article de Simone Wapler sur le site de La Chronique Agora.