Une stratégie pour être certain d’acheter assez bas et de vendre suffisamment haut sans se laisser tromper par les politiques monétaires. (Simone Wapler pour La Chronique Agora)

Hier, nous avons esquissé une stratégie d’investissement consistant à  :

  • Se focaliser sur deux actifs et seulement deux : des actions et de l’or ;
  • S’appuyer sur une méthode qui vous permet de savoir s’ils sont relativement chers ou bon marché l’un par rapport à l’autre ;
  • Acheter et vendre alternativement ces deux actifs.

L’or nous permet de nous affranchir des manipulations monétaires des banquiers centraux. Acheter de l’or revient à être 100% cash dans une monnaie universelle, sans risque de contrepartie. C’est le seul vrai placement zéro risque, le placement en obligations d’Etat ou en grandes devises comportant toujours quant à lui un risque inflation.

Evidemment, il reste une difficulté : comment savoir quand les actions deviennent trop chères ou quand l’or le devient ?

Au vu de la courbe historique du Dow Jones exprimé en or depuis plus d’un siècle, mes collègues analystes chez Bonner & Partners ont fixé deux limites : 5 et 15.

Chaque fois que vous pouvez acheter les actions du Dow pour cinq onces d’or ou moins, achetez des actions. Chaque fois que les actions du Dow se négocient plus de 15 onces revendez vos actions, rachetez de l’or et attendez sagement.

Nous allons examiner en détail ce qu’aurait donné une telle gestion en supposant que dans les périodes où vous êtes investi en actions, vous réinvestissez les dividendes.

graphique - Dow Jones - or
Cliquez pour agrandir

Les lignes horizontales verte et rouge correspondent aux deux seuils fixés : les actions du Dow Jones se négocient pour 5 onces d’or et les actions du Dow Jones se négocient pour 15 onces d’or.

Sur les 100 dernières années, cette stratégie aurait conduit à six mouvements.

Avec ces six mouvements, vous auriez transformé 206,7 $ (10 onces d’or) investis en 1918 en 8,4 M$ en 2018, soit un rendement annualisé de 11,19%.

Voyons cela en détail et commençons en janvier 1918 à la tête d’un capital de 10 onces d’or.

A cette date l’once d’or vaut 20,67 $.

Janvier 1918

Dow Jones : 76,68 points
Once d’or : 20,67 $
Ratio Dow/Or : 3,7
Mouvement n°1 : vente de 10 onces d’or pour acheter les actions de l’indice Dow Jones.

En février 1929, le ratio Dow/Or dépasse 15. Il est temps de commencer à s’agiter…

 Février 1929

Dow Jones : 310 points
Once d’or : 20,63 $
Ratio Dow/Or : 15
Mouvement n°2 : vente des actions de l’indice Dow Jones et achat d’or.

Les 206,7 $ initiaux (10 onces d’or) ont prospéré et la vente de vos actions vous rapporte 1 463 $ car vous aviez pris soin de réinvestir les dividendes. Ceci vous fait encaisser plus de sept fois votre mise initiale. Vous avez de quoi acheter 71 onces d’or et vous retournez à vos occupations habituelles.

Le krach de 1929 est passé par là et les actions ont lourdement chuté. Vous avez évité le pire krach de l’histoire financière en sortant du marché en février. En septembre 1931, après deux années de descente aux enfers, les actions du Dow Jones se négocient pour cinq onces d’or. Il est temps d’agir à nouveau….

Septembre 1931

Dow Jones : 99,80 points
Once d’or : 20,63 $
Ratio Dow/Or : 5
Mouvement n°3 : vente de l’or et achat des actions de l’indice Dow Jones.

Vous vendez donc vos 71 onces d’or pour 1 463 $ et vous achetez les actions de l’indice Dow Jones. Vous vaquez à vos occupations ordinaires jusqu’à un beau jour de septembre 1958. Les actions du Dow Jones se négocient pour 15 onces d’or. Il est temps de faire quelque chose…

Septembre 1958

Dow Jones : 530 points
Once d’or : 35,10 $
Ratio Dow/Or : 15
Mouvement n°4 : vente des actions de l’indice Dow Jones et achat d’or.

Vous vendez vos actions, ce qui vous rapporte 31 024 $ car vous aviez pris soin de réinvestir vos dividendes. Une dévaluation est passée par là, à cause de la Seconde guerre mondiale et de Franklin Roosevelt, ce qui fait que l’or s’est renchéri. Mais vous pouvez quand même acquérir 885,58 onces d’or que vous laissez dormir, et vous allez vaquer une fois encore à vos occupations habituelles jusqu’à un beau jour d’avril 1974.

Avril 1974

Dow Jones : 839,96 points
Once d’or : 169,50 $
Ratio Dow/Or : 5
Mouvement n°5 : vente de l’or et achat des actions de l’indice Dow Jones.

Le dollar a beaucoup chuté, défié par les chocs pétroliers et l’inflation qui en a résulté. Votre or est heureusement resté intact, ne subissant pas l’érosion de ces vagues d’inflation. Mais voilà que les entreprises industrielles ne valent pas bien cher alors que la révolution électronique est bien entamée… Vous rentrez donc à nouveau sur le marché actions. La vente de vos 885,8 onces d’or vous rapporte 150 105 $ que vous investissez. Puis, le cœur léger, vous vaquez à vos occupations habituelles jusqu’à un beau jour de juillet 1996.

Juillet 1996

Dow Jones : 5 729,98 points
Once d’or : 382 $
Ratio Dow/Or : 15
Mouvement n°6 : vente des actions de l’indice Dow Jones et achat d’or.

Les actions exprimées en or atteignent la cote d’alerte fixée. Il est temps de les vendre et de se replier sur l’or. La vente de vos actions vous rapporte 2,57 M$, soit un rendement dividendes réinvestis de 1 614%. Ceci vous permet d’acheter 6 734 onces d’or.

Depuis plus de 22 ans, vous vaquez à vos occupations habituelles sans avoir fait d’autre mouvement.

Vous n’étiez pas de la bulle internet.

Vous n’étiez pas de la bulle du crédit immobilier subprime.

Vous ne participez pas à cette bulle universelle. Vous n’avez pas de GAFA en portefeuille. Vous avez toujours 6 734 onces d’or, soit environ 8,4 M$.

Si la gestion de la trésorerie familiale s’était bornée à appliquer cette stratégie depuis 100 ans, les 10 onces d’or initiales se seraient multipliées pour atteindre 6 734 ou les 206,7 $ initiaux seraient devenus 8,4 M$.

Si vous aviez pratiqué le buy & hold et conservé les actions du Dow Jones durant 100 ans, vous auriez aujourd’hui 4,26 M$, soit un rendement annualisé de 10,44% avec les dividendes réinvestis. Si vous aviez simplement conservé votre or, vous auriez 12 400 $.

Cette stratégie repose en réalité sur trois principes simples :

1- Il vaut mieux acheter ce qui est bon marché en vendant ce qui est cher.

2- L’or est la seule monnaie universelle qui ne soit pas de la dette, donc sans risque (inflation ou défaut).

3- Il est important de ne pas perdre d’argent.

Comparer les actions à l’or vous permet d’évaluer la valeur des actions à l’aune d’une monnaie exempte d’inflation.

Le seuil de 15 vous permet de ne pas subir les très fortes chutes car vous sortez suffisamment tôt.

Le seuil de 5 vous permet de rentrer avec une bonne marge de sécurité même si, comme dans les années 1930 à 1950, vous allez devoir patienter longtemps pour ramasser vos gains. Le plus important est que le potentiel de perte est à ce niveau faible.

…Lire la suite de l’article de Simone Wapler sur le site de La Chronique Agora.