Les moyens de paiement sont en pleine révolution. La Chine, laboratoire de la disparition des espèces, s’oriente vers les applications sur mobile. (Nicolas Perrin, La Chronique Agora)

Certaines fintechs sont parvenues à faire fondre les commissions sur les transferts d’argent interdevises tout en restant rentables. Certaines banques ripostent en développant des solutions à la pointe du paiement sans contact.

Sur mobile, la techno-dictature chinoise mène la marche

Au-delà des cartes bancaires avec puce NFC, bagues et autres montres connectées, c’est surtout par le biais du paiement mobile que se déroule le véritable exode vers les solutions de paiement sans contact.

La Chine a dans ce domaine un temps d’avance sur l’Occident. Avec son président à vie, son système de notation des citoyens pour mieux contrôler leur accès aux crédits, désormais étendu à leurs déplacements en train ou en avion, l’Empire du Milieu prend chaque jour un peu plus l’allure d’une techno-dictature.

Pas étonnant donc que le pouvoir politique n’oppose aucune objection à ce que ses 772 millions d’internautes utilisent les solutions de paiement mobile des géants du web locaux, Tencent (WeChat) et Alibaba (AliPay). Quoi de mieux en effet que le développement d’une société sans cash pour garder un parfait contrôle sur sa population ?

Et en Europe ?

Face à de tels développements, notre secteur bancaire semble quelque peu en retard, comme le relève Laurent Alexandre…

Laurent Alexandre

Les solutions du type Apple Pay ne se répandent que bien plus lentement. Le Crédit Mutuel Arkéa a annoncé au mois de décembre être compatible avec la solution de paiement mobile d’Apple. Fortuneo et Boursorama l’ont suivie au mois de mars. Au total, seulement une dizaine d’établissements propose Apple Pay en France.

Banques

…Lire la suite de l’article de Nicolas Perrin sur le site de La Chronique Agora.