La Théorie monétaire moderne est ridicule mais elle est aussi dangereuse et débouche sur un régime totalitaire. (Simone Wapler pour La Chronique Agora)

Ha, cher lecteur, l’essor de la Théorie monétaire moderne m’enchante. Toujours plus de bêtises dans notre univers financier, un peu de neuf à croquer ! D’autant plus que l’intérêt pour la TMM se propage plus vite que… la vérole sur le bas clergé aurait dit mon grand-père.

Voilà ce que donne dans la recherche « modern money theory » dans Google Trends, qui vous permet de mesurer l’évolution des fréquences de recherche.

Avec La Chronique, cher lecteur, soyez assuré, vous êtes à l’avant-garde de la stupidité. Restez abonné, vous en aurez pour votre argent (c’est gratuit).

Alexandria Ocasion-Cortez

Pour les trainards qui ne nous rejoignent que maintenant voici un très bref résumé de la Théorie monétaire moderne.

« Un Etat ne peut pas faire faillite puisqu’il crée la monnaie dont il a besoin pour rembourser ses dettes ou pourvoir à ses dépenses ».

Si vous entendez faire partie de ces chers lecteurs avisés qui haussent les épaules et passent à autre chose en marmonnant « déjà vu, tout ça se terminera dans un bain de sang hyperinflationniste », attendez une minute.

La TMM dit qu’il n’y aura pas d’inflation car il y aura des impôts.

L’impôt empêche l’inflation selon la TMM

C’est très simple (tout est d’ailleurs très simple  chez les promoteurs de la TMM). Imaginez un État qui crée de l’argent pour financer des « grands travaux d’infrastructure » ou un Green New Deal, bref des trucs inutiles dont personne n’a besoin mais qui occupent des tas de gens qui seront payés en fausse monnaie.

Le risque est l’inflation : trop de monnaie pour l’économie et hausse générale des prix. Mais s’il y a trop de monnaie dans l’économie, il y a une façon très simple d’en retirer : vous taxez. Hop, c’est de l’argent qui disparaît donc la quantité de monnaie diminue et l’inflation est maîtrisée !

A ce stade, j’entends penser des fortes têtes : « tout ceci ne sont que des inepties, il nous suffira de négocier nos petites affaires dans une autre monnaie… »

Stop ! Vous n’êtes pas en Argentine ou au Zimbabwe où d’autres monnaies circulent au marché noir et le plus souvent sous forme d’espèces.

Nous parlons de pays développés comme les Etats-Unis ou même, pourquoi pas, de pays de l’Eurozone. Dans ces pays, vous devez payer des impôts dans la devise que le fisc exige. Si vous ne payez pas d’impôt, vous vous retrouvez très vite en difficulté…

…Lire la suite de l’article de Simone Wapler sur le site de La Chronique Agora.